RSS

Linda Manceau s’adresse aux électeurs de la 2e Circonscription de l’Ariège

8 juin 2012

Infos

Linda Manceau s'adresse aux électeurs de la 2e Circonscription de l'Ariège dans Infos MG_03131-200x300

Chers amis Ariégeois,

 

Je suis candidate à la députation pour la 2ième circonscription de    l’Ariège

sous la bannière «  Le Centre pour la France » avec François Bayrou

J’habite l’Ariège depuis plus de trente ans maintenant, à Pamiers.

Je n’y suis pas née mais dès que j’aperçois nos Pyrénées Ariégeoises,

lorsque je reviens d’ailleurs,

j’ai le sentiment indéniable d’être arrivée à la maison.

Ma candidature aux élections législatives se nourrit des idées et des valeurs humanistes

du Mouvement Démocrate de François Bayrou.

Je me présente comme une alternative républicaine à tous les Ariégeois déçus.

Déçus de voir les responsables politiques s’opposer systématiquement en  faisant peu de cas

de leurs véritables préoccupations.

Nous sommes prêts , nous Ariégeois, nous Français,

à entendre le langage de la vérité, de la sincérité,

pour peu qu’il s’accompagne de pédagogie et de concertation.

S’opposer à une idée sous le prétexte fallacieux

qu’elle est l’œuvre du camp d’en face n’est pas une bonne façon de rendre service au pays en temps normal ; çà devient un crime quand ce même pays est en crise.

Pour toutes ces raisons, je suis prête à devenir le relais de l’Ariège à l’Assemblée Nationale.

Nous venons de vivre une élection présidentielle,

dans un contexte assez particulier,

un nouveau président socialiste a été élu.

Arrive  maintenant le temps des législatives.

Nous ressentons tous combien les élections qui auront lieu dimanche prochain

seront décisives pour l’avenir de notre pays.

Pour les uns il s’agit de pouvoir accorder une confiance sans faille, un soutien massif au projet

que notre Président nouvellement élu a élaboré pour les cinq années de son mandat,

pour les autres, il s’agit d’élire une assemblée de blocage, ils souhaiteraient une cohabitation.

Pour les extrêmes, il s’agit de faire pression,

pour que leurs revendications irréalisables

ou que leurs revendications basées sur une société divisée

soient prises en compte par les partis dont ils se sentent les plus proches

ou qu’ils veulent tout simplement liquider,

une Présidence Socialiste, une assemblée UMP ,

amèneraient des troubles sociaux, des stigmatisations et j’en passe…

pour nous autres candidats du « Centre pour la France »,

bannière commune crée par François Bayrou pour ces législatives,

il s’agit avant tout de faire élire un groupe,

une force centrale

capable d’un soutien lucide lorsque les actions proposées iront dans le sens de l’intérêt général,

capable aussi d’objecter, de ne pas voter des lois qui nous sembleraient mettre l’avenir du pays en danger.

Une force centrale plurielle, indépendante et constructive.

Je pense pour ma part, comme beaucoup d’autres, qu’une cohabitation serait fatale pour la France.

Très néfaste en ces temps de crise où des mesures difficiles devront êtres envisagées,

où des efforts inégalés depuis des décennies devront être consentis par tous,

Seulement une nation apaisée peut affronter ces défis

c’est pourquoi il est urgent aussi

d’écarter le danger des extrêmes,

ces divisions sont dangereuses

et de toute manière inefficaces.

Je rajouterai, pour ceux qui veulent ignorer les électeurs de ces partis,

qui voudraient même aller jusqu’à interdire ces partis,

une citation,

si vous me permettez,

cette phrase de François Bayrou que je fais mienne :

«  je préfère combattre en pleine lumière et en pleine clarté les thèses que je réprouve, que je trouve dangereuses et offensantes plutôt que de les voir cheminer dans l’obscurité et ronger le cœur même de la vie civique »

Comme vous avez dû le constater, les frontières politiques m’importe peu.

Il m’est arrivé de me sentir plus proches d’un élu de la droite républicaine ou d’un élu socialiste que je sens honnête et déterminé que d’un soi-disant centriste louvoyant et opportuniste.

Doit-on être socialiste pour souhaiter une meilleure éducation ?

Doit-on être écologiste pour encourager une agriculture de qualité et de proximité ?

Doit-on être du FN pour souhaiter que nos citoyens vivent en sécurité ?

Doit- on voter Front de Gauche pour souhaiter une vraie taxe sur les transactions financières ?

Doit-on voter pour le Parti Occitan pour reconnaître que les langues régionales font partie du trésor national ?

Vous voyez bien que les bonnes idées peuvent venir de tous les bords,

il est dommageable de ne pas s’écouter plus.

Ma position au centre indépendant me le permet.

Le centre indépendant de François Bayrou est un parti d’esprits libres, d’humanistes et de démocrates affirmés.

C’est pourquoi je m’y sens  à l’aise, n’ayant jamais pume résoudre

à faire parti d’un camp contre un autre.

Après vous avoir donné mon point de vue sur le contexte politique dans lequel se trouve le pays,

et après avoir tenté de vous démontrer la pertinence d’un groupe d’élus du Centre dans l’hémicycle

vous me direz :

«  c’est bien beau tout çà mais que proposez vous de concret pour redresser la France ?»

Vous avez devant vous une citoyenne qui veut comprendre et qui veut changer les choses.

Je ne suis pas une experte en «  redressement de pays »

D’ailleurs, il vous est sûrement arrivé de suivre, comme moi,

des débats à la radio ou à la télévision, des débats d’experts sur un sujet donné, par exemple :

  •  la crise financière en Europe ? Quelles solutions ?
  • une intervention en Syrie, quels enjeux ?
  • la sortie du nucléaire , pour ou contre ?

Vous observerez qu’autour du journaliste-animateur du débat,

de nombreux experts donc,  et souvent non des moindres, avec des titres à rallonge,

des élus siégeant dans des commissions qui traitent justement du sujet,

ou même des journalistes qui ont consacré leur carrière toute entière au sujet précisément

qui est au cœur du débat

vous observerez  qu’aucun n’est d’accord ,

et pour finir,

vous réalisez à la fin de l’émission,

que vous n’êtes pas plus éclairés sur les solutions à adopter.

Je ne suis pas experte donc mais capable de dialogue, je serais une élue sans sectarisme

qui prends le temps de l’écoute, qui écoute les avis des uns et des autres,

pour peser le pour et le contre,

et pour finalement me prononcer en conscience,

librement,

en faisant fi des pressions diverses.

Vous ne m’entendrai jamais dire que je suis NI-NI, ni de droite, ni de gauche, mais

je préfère dire que suis ET-ET, et de gauche et de droite.

Pour un problème donné il n’y a pas selon moi de solution qui serait de droite ou de gauche ,

pour moi il n’y aurait qu’UNE SEULE solution,

la solution la plus efficace et la plus juste.

Avec l’élection de François Hollande, la France a été en quelque sorte «  libérée »,

libérée du quinquennat de Nicolas Sarkozy et de sa dérive vers l’extrême droite,

surtout entre les 2 tours du scrutin présidentiel,

la France libérée oui mais pas «  sauvée »

car l’état de la France et de l’Europe n’inspire rien de bon ;

notre nouveau Président va devoir relever les manches sérieusement

car  l’épaisseur de cambouis est très importante.

Comme les autres candidats du Centre pour la France,

je ne souhaite non pas la réussite de ce gouvernement en particulier,

mais je souhaite la réussite de la France dans son ensemble.

C’est pourquoi pour ma part je ne pratiquerai  pas

l’obstruction systématique comme risque de le faire les élus UMP

habitués qu’ils sont de jouer à ce jeu petit stérile du combat bi-polaire.

Maintenant, permettez moi de vous exposer brièvement trois sujets qui me tiennent à cœur.

Nous avons tous nos sensibilités,

nous nous sentons tous à l’aise avec certains sujets plutôt que d’autres,

c’est pourquoi l’Assemblée se doit d’être la plus diversifiée possible.

Et d’abord en terme de parité.

Il n’y a pas assez de femmes à l’Assemblée Nationale.

Si l’on observe le pourcentage de femmes siégeant dans les parlements nationaux

des 27 états de l’Union Européenne, la France arrive 18e derrière l’Espagne et l’Italie

avec un pourcentage de 18,54% contre un pourcentage de 46,70% en Suède.

Imaginez s’il n’y avait pas eu un minimum de loi sur la parité !

 Il faudrait aussi des élus au parcours professionnel divers, des élus issus de la société civile,

Plus de jeunes, plus de personnes issues des couches populaire et des minorités .

Il faut que l’Assemblée devienne un portrait plus conforme de notre France contemporaine.

Et non pas, comme c’est le cas aujourd’hui, une assemblée de professionnels de la politique

souvent issus d’un même milieu favorisé, d’une même corporation quand ce ne sont

pas des mandats  qui se transmettent de pères en fils…

Il faut en finir avec ces politiciens qui s’accrochent à leur siège pendant des décennies.

Une Assemblée variée donc, pour voter des lois qui concernent des sujets variés, qui appellent

des compétences multiples qui enrichissent les débats.

Cette diversité est nécessaire et même vitale.

Mais pour que cette diversité s’opère, il nous faut reconstruire une démocratie exemplaire.

C’est ce que François Bayrou a appelé de ses vœux lors de sa campagne présidentielle avec ses

20 propositions visant à refonder la République qu’il est possible de consulter

sur le site Internet bayrou.fr.

Le point le plus souvent évoqué est le non-cumul des mandats et une limitation

à un seul renouvellement.

 La pratique du pouvoir politique dans notre démocratie sera assainie le jour où la démocratie sera

pratiquée par le plus grand nombre.

Certains me diront « si un  député est bon, pourquoi en changer ? » à ceux là je répondrai

que tous les partis sont pleins de gens qui sont « bons », pleins d’hommes et de femmes prêts

à s’investir pourvu qu’on leur en donne l’occasion.

En Ariège, il y a l’exemple de M. Bonrepaux, 26 années passée à l’Assemblée Nationale,

M. Nayrou plus raisonnable, laisse sa place après 3 mandats  soit 15 années.

Dans d’autres départements il en est très souvent ainsi aussi, dans un camp comme dans l’autre.

C’est dans cet esprit aussi que j’ai signé La Charte d’Ethique d’Anticor

proposée à tous les candidats pour ces législatives.

Je l’ai signée pour ainsi donner un coup de pied dans cette fourmilière,

pour faire ce que tout le monde veut faire depuis longtemps

sans jamais en voir le début d’un commencement.

D’autres candidats en Ariège l’on fait , sauf l’UMP et le Parti Socialiste.

Sur plus de 500 signatures récoltées à date sur tout le territoire français,

seulement une petite dizaine de candidats socialistes et un seul candidat UMP.

Etes-vous étonnés ?

Après la parité obligatoire et effective, le non cumul des mandats et un seul renouvellement,

je suis pour une législation stricte sur les conflits d’intérêts,

avec entre autre, l’accent mis sur une loi – cadre qui empêchera le retour en politique de tout élu condamné pour corruption.

Certains propose la non-éligibilité pendant dix ans ?

moi je proposerai

une interdiction à vie de briguer un mandat .

Les électeurs sont fatigués de ces pratiques, et leur manque de confiance envers nos élus

met en péril le déroulement normal du jeu démocratique, les électeurs excédés

sont tentés par le vote extrême.

Combien de fois ais-je entendu sur les marchés

«  tous pareils »

«  tous pourris »

«  je ne vais pas voter, çà va rien changé »

et j’entends aussi de plus en plus de réflexions à caractère individuel

qui mettent à mal notre contrat social

«  et pour moi, qu’est ce que vous proposez  ,»

«  pour nous les agriculteurs, pour nous les commerçants de proximité, pour nous les postiers, pour nous les retraités etc «

il faut donc redonner confiance aux Français,

une nouvelle conception de la pratique politique doit s’instaurer de toute urgence.

Sinon les extrêmes auront le dernier mot, et quoi de plus violent

que deux idées extrémistes qui s’affrontent !

Un autre sujet qui me tient à cœur est celui de l’ECOLE.

Pour offrir à chaque enfant de la République toutes les chances de réussir ,

il faut que notre éducation nationale redevienne une des meilleures du monde.

 L’école est le projet humaniste par excellence 

Comme beaucoup d’entre nous, et heureusement,

je suis convaincue qu’il faille tout mettre en oeuvre pour redonner à notre éducation nationale

l’importance qu’elle mérite,

que son budget soit prioritaire

sanctuarisé au minimum par ces temps difficiles,

que tous les enfants de la République aient le même accès à l’instruction
où qu’ils soient sur le territoire.

Non, l’éducation de nos enfants ne doit pas être considérée comme une charge

mais comme un investissement

pour l’avenir et le développement du pays.

Des enfants éduqués font des citoyens libres.

Il est vrai que le précédent quinquennat a sapé le moral des enseignants,

c’est le moins que l’on puisse dire, espérons que les débats seront plus aisés

entre le nouveau Ministre , les syndicats d’enseignants et les associations de parents d’élèves,

espérons aussi que les promesses d’embauche

de François Hollande pour

l’Education Nationale seront réalisables

même si j’ai de bonnes raisons

d’en douter ,

car hélas,

les mois et années à venir s’annoncent difficiles pour tous les budgets .

bien des réformes concernant l’école pourraient d’ores et déjà

être mises en œuvre sans que cela ne coûte à la collectivité :

des questions d’organisation, de conditions de travail, d’horaires surchargés etc.

pour conclure sur ce sujet

je vous livre ces quelques mots de François Bayrou que je partage entièrement au sujet de l’école

« Ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement l’économie, ce n’est pas seulement la capacité du pays,

ce qui est en jeu, c’est l’épanouissement de chacun, non seulement l’épanouissement de l’esprit,

mais l’épanouissement de tout l’être et de tous les êtres. »

Et le troisième et dernier sujet  qui me tient cœur

et que je tenais à évoquer, rapidement aussi

avant que vous ne me trouviez trop ennuyeuse,

c’est un  défi que l’on devra relever à très court terme je pense,

je veux parler du vieillissement de notre population

et des enjeux énormes qu’il représentera pour notre pays.

« On dit que l’art de gouverner c’est l’art de prévoir » soit,

aujourd’hui en France, 17% de la population a plus de 65 ans

En Ariège nous comptons 34% de retraités

Ce défi concernera entre autre :

  • La sécurité financière de nos aînés
  • leurs besoins en matière de soins
  • les incidences sur les prestations de services publics
  • sans oublier bien sûr, le renouvellement des médecins

et tant d’autres problèmes qui se présenteront à nous,

mais ce défi peut finalement être une chance à saisir

en terme d’emplois et pas seulement d’emplois de services évidents

  • mais aussi des emplois dans les domaines de la construction de logements adaptés, des transports, du tourisme, de la culture,
  • dans l’industrie innovante pour pallier à la perte d’autonomie
  • dans la médecine et la recherche,
  • et d’autres domaines encore.

Une chance aussi à saisir du point de vue sociétal :

 

  • Œuvrer contre la discrimination liée à l’âge
  • Mieux définir le statut de bénévole ou celui de l’aidant naturel
  • Imaginer que la formation continue continu après le départ à la retraite pour mieux vieillir
  • Sans oublier le grand sujet de la fin de vie qui préoccupe beaucoup de français

 

Tous ces thèmes sont autant de débats et d’actions à entreprendre dans le futur

J’arrive maintenant à la conclusion de mon propos

Les décisions ne sont pas prises pour l’instant,

le gouvernement attend la fin des élections,

peut être même la fin des vacances estivales,

notre modèle social est en péril

il nous faut tout faire pour le sauver,

dans les mois à venir,

le gouvernement devra prendre des décisions courageuses et justes.

Il aura besoin de bonnes volontés pour le soutenir,

d’alliés précieux, issus d’autres courants politiques.

Si je suis élue, je garderai à l’esprit trois principes :

Avoir l’esprit constructif

parce que l’Assemblée Nationale doit être un lieu de dialogue

et de concertation,

avec les autres candidats du Centre pour la France nous serons une force

d’impulsion et de proposition,

avoir l’esprit réaliste, notre pays a besoin d’hommes et de femmes capables de dépasser les clivages,

nous serons des élus au service des citoyens

et non au service des intérêts partisans

avoir un esprit novateur parce qu’un pays a besoin d’idées

nouvelles, d’énergie et de créativité pour avancer, nous pratiquerons la politique autrement en faisant preuve

d’écoute et de courage

ici , les 10 et 17 juin prochains,

depuis ce département de Midi-Pyrénées,

nous devrions saisir cette opportunité d’envoyer au parlement

une femme libre, indépendante, sans sectarismes ;

l’Ariège a autant d’atouts que d’autres départements,

autant envie de changer les choses,

un désir ardent de porter une autre vision,

dimanche prochain, amis Ariégeois , saisissez cette chance !

dimanche prochain, je vous propose de voter pour moi !

 

Linda Manceau

Candidate pour la 2e circonscription de l’Ariège

Elections des 10 et 16 juin 2012

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

LIVRY SUR SEINE |
Le blog des idées non-reçue... |
pieces2presse |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bernard Ramond - Pour que v...
| la republique c'est l'arrac...
| UNI ...